< retour au blog
20 octobre 2017
Mel et Kio proposent un street art poétique sur 140 mètres de façades de briques
Le groupe Frey a inauguré hier un premier centre commercial d’un tout nouveau type : le Shopping promenade cœur Picardie, à Amiens. Conçu comme un véritable cœur de ville, le centre plonge le visiteur dans un environnement urbain, végétal et piéton. Lorsque l’on arrive, ce sont les arbres immenses et la fresque monumentale de Mel et Kio qui accueillent le regard. Sur 14 mètres linéaires de façades de briques, le trait graphique à l’encre de chine du duo s’est invité et danse de bâtiment en bâtiment. Visages façon croquis, griffure, feuilles, textes poétiques volent sur la brique et le bois, dessinant le mouvement. Mel et Kio ont créé une œuvre, “imagine le souffle de la ville”, entièrement peinte avec leur équipe, qui joue avec l’architecture du lieu. Un street art poétique signé Mel et Kio, comme une invitation….
Ces articles peuvent aussi vous intéresser
31 mai 2010
Les meilleures images de fresque murale sur mesure pour la Néoma Business School

On vous avait promis de vous montrer sans délai le résultat . Les échafaudages ont été démontés :

La fresque sur le mur s’offre désormais aux regards !

Il y a un an de cela, l’Ecole Supérieure de Commerce de Rouen changeait de nom et d’identité visuelle pour devenir la…

Lire la suite
29 avril 2009
Art mural monumental sur mesure sur les murs du centre commercial des Docks 76

Les portes des Docks 76 à Rouen sont désormais ouvertes. Déjà, le Centre s’est gorgé de foule et de lumière.

Comme on vous l’avait annoncé ces dernières semaines, le groupe Unibail –Rodamco a choisi de confier au studio Mel et Kio, le design graphique de son tout nouveau…

Lire la suite
20 octobre 2009
Street art au centre commercial des Docks Vaubans au Havre

Mercredi 14 octobre 2009, Les Docks Vauban du Havre ont ouvert leurs portes.

Au studio Mel et Kio, nous avons choisi de raconter une histoire au fil des murs de briques.

Comme je vous le disais dans un petit billet précédent, il n’a pu être question d’adhésif sur les murs…

Lire la suite